Classe exceptionnelle 2017

CAPA PLP classe exceptionnelle
du 14 février 2018

La CAPA d’accès à la classe exceptionnelle s’est tenue ce jour dans une configuration particulière, l’ensemble des élu-es ne pouvant y participer puisque le ministère a imposé que seul.es les élu.es hors classe non éligibles siègent. Exiger une application stricte des règles de la Fonction publique au moment de la mise en place du nouveau grade c’est envoyer un signal très négatif à la profession.

Dans notre académie cela s’est traduit par la présence d’une seule élue des personnels avec droit de vote et deux experts. Nous aurions pu nous retrouver dans une commission sans élu-es avec des collègues tiré-es au sort sans mandat syndical face à l’administration.

Nous considérons qu’il s’agit d’une grave attaque  contre le monde syndical et un déni de démocratie.  Pour le SNUEP FSU cette situation est inacceptable et ne doit pas se renouveler lors de la prochaine CAPA  classe exceptionnelle.

CAPA du 14 fevrier 2018 Avancement d’échelon

Déclaration liminaire du SNUEP-FSU

Cette CAPA  se réunit à un moment où les annonces et les mesures gouvernementales telles le rétablissement du jour de carence rétabli, l’injuste hausse de la CSG mal compensée, les coupes budgétaires et suppressions d’emplois confirmées dégradent les conditions salariales des enseignants. L’avancement d’échelon apparaît pour nombre d’entre eux-elles comme le seul espoir d’entrevoir une hausse de salaire…

Continuer la lecture de CAPA du 14 fevrier 2018 Avancement d’échelon

Accélération 6ème et 8ème échelon

 Accélération du 6ème et 8ème échelon
CAPA PLP du 14 février 2018

déclaration du SNUEP-FSU

EchelonPromu-epromouvableBarème du dernier promu-e
Du 8ème au 9ème

33

112

84,5

Du 6ème au 7ème

18

62

78

Analyse du SNUEP-FSU

Le taux de promotions accélérées prévu par les textes est de 30% pour le passage au 7ème échelon et également de 30% pour le passage au 9ème échelon.

Les documents font apparaître un taux de promotions accélérées de seulement 29% (soit 18 promu.e.s sur 62 promouvables) pour le passage au 7ème et de 29,5% (soit 33 promu.e.s sur 112 promouvables) pour le passage au 9ème échelon. Comme cela s’est fait jusqu’à présent, il faut que l’application des 30% conduise à une valeur approchée par excès et non par défaut.

La répartition des promotions nous interpelle : l’enseignement général représente 36% des promouvables mais 20% des promu.e.s, la production 30% des promouvables mais 50% des promu.e.s et les services 34% des promouvables et 30% des promu.e.s. Les femmes représentent 51% des promouvables mais 45% des promu.e.s. Le déroulement de carrière n’est pas facile pour les femmes en enseignement général.

Février-mars un plan d’action pour faire monter la pression

Moyens en baisse, réformes de la voie professionnelle, baisse des salaires : nous ne laisserons pas passer !

1er février : appel intersyndical pour des assemblées générales dans les établissements pour débattre des réformes en cours, grèves locales ;
6 février : grève du second degré et manifestations pour demander une réelle revalorisation de l’enseignement professionnel, des moyens supplémentaires permettant d’améliorer les conditions de travail et les conditions d’étude des lycéen-nes ;
7 février : journée d’action dans l’Éducation nationale à l’appel des syndicats de la FSU : rassemblements devant les rectorats, conférences de presse, etc
8 février : colloque FSU « La formation professionnelle des jeunes : il y a des lycées pour ça ! » à Paris pour médiatiser la formation professionnelle scolaire au moment de la sortie du rapport sur l’apprentissage ;
En mars : grève de tous les fonctionnaires pour les salaires, contre la journée de carence, contre les réformes qui dégradent l’éducation.

Toutes et tous dans l’action !

 

sa.nantes@snuep.fr